Le chiffre 16 et le mardi ne font pas bon ménage

Mardi 16 février 2010: violente cystite hémorragique à 4h du matin. Mrs F. n’avait jamais eu ça. Dr Con d’SOS Médecins lui file juste un petit sachet de monuril sans lui faire d’ECBU « bah c’est juste une infection urinaire » alors que Mrs F. pissait des caillaux de sang et qu’elle avait déjà fait une cystite une semaine avant (en fait, elle faisait également une violente infection du col). Depuis ce jour, la vie de Mrs F. a basculé. Pendant 10 mois, elle a souffert de brulures dans tout le bas ventre. Pour se soulager elle devait aller uriner toutes les 30 minutes (nuit compris).

Après la cautérisation des plaques blanches sur la vessie de Mrs F. (dues à l’inflammation chronique) en septembre 2010, Mrs F. n’a gouté qu’à 3 semaines de repis. Depuis, les douleurs vont et viennent. Mrs F. est obligée de l’avouer. Elle a une maladie chronique. Et c’est très douloureux.

Mardi 16 avril2013 vers 3h du matin: Mrs F. se réveille avec des douleurs à la vessie. Elle se rend aux toilettes et urine du sang et des lames de rasoirs. Horreur. Flash back 3 ans en arrière. Les choses ont été mieux faites (ECBU et antibio adaptée) mais cette cystite a réveillé de plus belle l’inflammation de Mrs F. Spéciale dédi aux c******* de médecins urgentistes qui n’ont pas voulu faire faire d’ECBU à Mrs F. alors qu’elle leur a rappelé tous ses antécédents médicaux « bon, il va être 5h là, vous pouvez aller voir votre médecin traitant ».

Mrs F. n’en peut plus. Parfois elle aimerait simplement que tout s’arrête. Qu’est ce qu’une vie à souffrir dans sa chair à longueur de journée sans que personne ne puisse trouver une solution définitive à votre problème?

Mrs F. s’excuse, elle n’est pas aussi glauque d’habitude. Mais en ce moment c’est dur et cela fait du bien de le mettre par écrit.

Mrs F. pense au TEC prévu lundi 22 mais elle doute qu’il résiste au dégivrage et elle ne pense qu’un environnement aussi enflammé et aussi malsain lui donne envie de venir cocooner dans son petit matelas…

TEC Premier volet

Mrs F. a eu ses règles. Ça faisait 6 mois quelle avait pas vu leur gueule. Elle n’a jamais été aussi heureuse de les avoir. Il faut dire quelle commençait à en avoir ras le système des bouffées de chaleur et des râpes à la place de ses parois vaginales…
Mrs F. est prête à supporter les douleurs (merci Antadys mon amour) car elle a surtout profondément envie de reprendre une vie normale, malgré cette fichue endo et le risque de récidive.
Retour au boulot donc ce matin mais petit passage chez Dr Djeuns (Mrs F. lui tire sa révérence, il était au cabinet à 7h10!) juste avant.

Début de la prise d’oromone en vue du TEC ce jour,
18 avril: rendez vous Dr Djeuns pour écho et prise de sang + estima (miam)
Transfert la dernière semaine d’avril à condition que le petit guerrier résiste à la décongélation.

Voilà. C’est reparti pour un tour. Mais honnêtement Mrs F. n’y crois pas. 2 blastos frais n’ont pas tenu, pourquoi un petit congelé s’accrocherait?

You lose! Try again!

Taux inférieur à 1 ui…
Mrs F. s’est pris une putain de claque dans la gueule. Elle avait placé beaucoup d’espoir dans ses 2 petits athlètes, ces deux petits blastos qui en avaient bavé pour tenir jusque là… Et bam! Que dalle, même pas une accroche, niet, nada…
Elle aurait du s’en douter à la façon dont la dame du labo lui a tendu l’enveloppe et lui a sourit d’un air gêné… « Désolée ma petite demoiselle Mrs F., ce sera pour la prochaine fois  »
Voilà, chapitre 1 FIV 1 terminé. Enfin, pas tout à fait puis qu’il reste un petit blasto au freezer…
Maintenant il faut encaisser et tenir bon pour la suite.