Hystéroscopie #3

Revoilà la Mrs F. après plus de 12 heures de sommeil (un exploit pour elle).

Donc, l’hystéroscopie s’est bien passée. Docteur Djeuns (qui a annoncé à Mrs F. qu’il était « papa numéro 2 » depuis quelques jours –« ah? félicitations! »-) a retiré deux polypes pour analyse. L’un était situé près du col et l’autre… Mrs F. ne se souvient plus :/ Docteur Djeuns était passé juste après son réveil (en plus accompagné de son fiston numéro 1 à en croire son âge… mais quel doc vient dans le box de sa patiente infertile avec son môme? Bon, Mrs F. lui pardonne, déjà qu’il voulait annuler cette intervention à la dernière minute mais que Mrs F. avait insisté parce que « bon, d’accord, mais je me suis déjà arrangé avec mon boulot, j’ai posé des congés! ». Il a commencé à lui raconter sa life comme quoi il devait partir vite en métropole avec Bébé numéro 2 et que c’était la galère pour les passeports etc etc… Finalement c’est plutôt sympa cette façon de se dire les choses ouvertement).

Donc (Mrs F. se perd là), il était passé juste après son réveil. Il n’a su que répondre quand elle lui a demandé si ces polypes étaient responsables de la FC. De toute façon, il les a retiré et envoyé pour analyse…

Mrs F. émerge. Elle se sent super fatiguée. Côté douleurs, c’est supportable. Elle est grave soulagée que ça soit passée. Maintenant, elle retourne pioncer et vous remercie pour vos petits mots.

Publicités

Hystéroscopie #2

Voilà.  Mrs F. est toute belle avec sa blouse sexy ouverte sur le popotin et ses petits chaussons. ..
Elle attend qu’on l’emmène au bloc. Elle appréhende….un peu quand même. ..elle appréhende surtout la douleur car elle a déjà mal…
image

En attendant elle se marre à faire des photos stupides…

Des concepts revisités

Le parc, les jeux d’enfants, les fêtes foraines. Des concepts que vous avez expérimenté il y a quelques années de cela, avant que les affiches de Nirvana, Guns n’ Roses et Pearl Jam ne viennent envahir votre chambre d’adolescente. Votre beau-père vous donnait 100F (15e aujourd’hui) et vous étiez la plus heureuse du monde! A vous la conquête des chichis et des auto-tamponneuses! (oui, vous étiez une dure, vous cherchiez le choc frontal avec votre frère de coeur qui vous emmerdait souvent).

Vous avez aussi expérimenté ces concepts pour votre petite soeur. C’était trop choupinou de la voir dans le petit carrousel. Elle avait choisi la navette spatiale: « whaouuuuuu, tu voles!!!!!! » (petite tête émerveillée)

Un peu plus tard, ces concepts ont complètement perdu de leur intérêt. Petite soeur est devenue grande, les cousins et cousines aussi (plus de Guns n Roses mais de Tokio Hotel en affiche format réel dans leurs chambres -no comment-).

Aujourd’hui, vous êtes mariée avec un chéri qui a deux enfants de 5 et 6 ans. Il y a tous un tas de concepts que vous découvrez de nouveau. Certains sont plus faciles à accepter:

– La Télé et Playhouse Disney (heureusement qu’il y a « Disney » et qu’on voit toujours la grosse tête de Mickey sinon, ça sonnerait presque porno). C’est bien, c’est éducatif. Ca demande aux enfants de retrouver la pièce manquante d’un puzzle en virtuel. Génial, ça fait travailler les méninges dis donc. Sauf que quand en vrai, le gosse doit jouer au Docteur Maboul et qu’il est pas fichu de prendre une pièce sans faire gueuler le bonhomme parce qu’il fait pas grand chose de ses 10 doigts à part appuyer sur le bouton de la télécommande, ça devient moins cool… La télé… OMG… Ce truc que vous n’avez jamais acheté de votre vie mais qui tient une place importante dans la vie de votre mari. C’est comme les enfants. A prendre ou à laisser!

– Les pâtes, la purée et le ketchup. Bordel, les pâtes, ça faisait longtemps! C’est comme la madeleine de Proust, elles vous rappellent le temps ou vous vous viviez dans un 9m2 et où la diversité alimentaire consistait à varier les types de pâtes: penne, tagliatelle, spaguetti, macaroni… C’est important. La diversification. You see? Le ketchup? Vital. C’est THE accompagnement! Quand vous vous rendez compte que vous avez oublié d’en racheter alors que le dernier pot date d’il y a 2 semaines, vous en chiez votre race en vous demandant ce que les enfants vont bien accepter de manger. Vous textez toute la résidence pour en avoir un contenair une coupelle de peur qu’on ne prévienne les services sociaux: « allo le 119? Un enfant est privé de nourriture! ». La purée, bon, ça ça va. Quand vous êtes motivée, vous pouvez apprendre aux enfants que la purée se réalise à base de pommes de terre réelles (ils sont toujours très étonnés). Par contre, ça marche pas pour le ketchup, les enfants crient de suite au plagiat « oh, comment elle a essayé de nous entuber, c’est PAS du ketchup! ».

En ce moment, il y a un concept que vous ne supportez plus. Surtout depuis qu’on vous a dit qu’il fallait filer direct par la case prison PMA pour avoir un enfant. Et encore plus depuis que vous avez fais votre fausse couche. Ce concept, c’est LE PARC.

LE PARC. Lecteur, pardon si tu as des enfants et que tu les emmènes régulièrement au parc (où d’autre les faire promener sinon?). Comprends qu’il n’y a aucune méchanceté de ma part, seulement le besoin d’évacuer un trop plein d’émotions négatives, de tristesse, de colère après un week end passé avec mes jolis enfants. J’ai quand même ma journée d’aujourd’hui mais avant d’en profiter, il faut déverser. You see?

Donc le parc. Il faut savoir qu’il y a plein de choses à faire sur une île. Rappelez vous, Mrs F. habite l’île de la Réunion. Il y a donc les plages, les randonnées, les sorties pic niques en plein air, les bassins… Pourtant, il y a un lieu vénéré par les parents: LE PARC. Quand après une séance cinéma (ah oui, il y a des cinémas quand même^^), votre mari vous dit, on les sortira demain, pour le moment on rentre (y’a la saison 250 de Ben10 qui commence), vous dites ok (ça c’est le samedi). Le lendemain (donc dimanche), avant de les ramener chez leurs mères, le père propose une sortie des plus excitantes: « on les emmène au parc? ». Joie et bonheur sur Terre. Life is so exciting! Quand vous arrivez au dit parc, vous vous demandez si vous vivez vraiment sur une île ou sur le coin détente d’Alcatraz. Tous les enfants sont agglutinés sur le tourniquet. Il y 25 enfants qui font la queue pour les deux pauvres balançoires qui se battent en duel (oui normal, y’en a deux). Certains parents les accompagnent, les guident dans la découverte de  leurs nouvelles sensations quand d’autres ont leur ipod vissé sur les oreilles ou appellent le pote qu’ils n’ont pas vu depuis 7 ans.

Ca crie, ça geint, ça rigole, ça pleure, ça a peur, ça dit « tu viens jouer? », ça boude, ça demande sa trottinette alors que ça avait refusé 3 minutes avant… Et toi, tu es là comme une conne. Tu observes le spectacle de la vie que la vie te refuse. Tu vois cette maman accompagner sa fille d’un an sur une petite balançoire. Tu vois ce petit qui titubes parce qu’il vient récemment de faire ces premiers pas. Tu vois ce couple main dans la main et le papa qui pousse la poussette du bébé de sa main restante. Tu vois cette petite fille qui vient vers toi avec un grand sourire (en vrai, elle veut juste la trottinette). Tu vois ce garçon montrer fièrement qu’il sait faire du vélo, cette petite fille qui ne tombe plus aux patins à roulettes (euh pardon aux rollers). Et tu te demandes ce que tu fous là. En fait, tu as juste envie de te barrer. Tu t’en veux de ne plus apprécier ces moments avec tes jolis enfants. Pourtant tu les aimes. Tu t’en veux de te dire que tu aimerais juste qu’ils n’existent pas. Pourtant tu les aimes. Tu te rappelles ton père te dire « ne fais jamais l’erreur de te mettre avec un homme qui a déjà des enfants ». A l’époque, tu n’avais pas compris pourquoi il paraissait si fermé à ce sujet. Et puis tu t’en veux de te dire: « et s’il avait raison? »

Et puis ton mari te regarde tendrement et te dit: « la prochaine fois, si c’est trop dur pour toi, on n’ira plus au parc ». Ton coeur se tord. Tu es tellement touchée qu’il ait ressenti ta détresse sans même que tu aies eu besoin de prononcer un seul mot. Tu te radoucies et te sens plus détendue. Tes émotions sont reconnues pour ce qu’elles sont et ça c’est le plus important. Tu remercies ton mari d’être parfois si compréhensif. Tu reprends espoir et tu te projettes sur ce que tu aimerais faire, toi, quand tu seras maman, avec tes enfants.

Mrs F. te parlera de tout ça bientôt. En attendant, elle partage avec toi une belle photo. Il fait beau. L’été austral arrive à grand pas. Mrs F. va aller profiter de sa vue avant de se préparer pour faire bronzette sur la plage.

image